Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘ISO 26000’

Au delà d’accompagner les PME dans la voie du Développement Durable et celui de la Responsabilité Sociétale, les CCI s’engagent et appliquent à elles mêmes les principes de la RSE.

Cette exemplarité  doit être communicative et permettre aux entreprises d’oser l’innovation, de concourir pour de nouveaux Trophées et témoigner ainsi de leurs engagements volontaires.

Les initiatives dans toutes les régions se développent, même au delà de nos proches frontières.

J’ai voulu m’en faire pour une fois l’écho, car la Responsabilité Sociétale de notre société passera avant tout par son expression au plus près du terrain économique, celui des TPE, PME et ETI.

La CCI Essonne Juin 2011: première évaluation ISO26000 qui confirme sa démarche Développement Durable initiée en 2007

Helen Traiteur qui remporte le trophée RSE du Vaucluse, comme 5 autres structures Vauclusiennes.

Des entreprises en forme à La Rochelle : Émergence, un concours mais aussi un évènement pour découvrir les entreprises les plus dynamiques de la région.

Le Guide Client-Fournisseur de la Région Rhône Alpes : 15 recommandations pratiques pour un partenariat gagnant.

Le Baromètre RSE FACE de la Côte d’Opale pour mesurer l’engagement sociétal des entreprises.

Une RSE qui dépasse les frontières : 13 chambres de Commerce Belges organisent des réseaux d’apprentissage RSE.

Ce n’est bien sûr qu’un petit aperçu du dynamisme de nos régions en faveur de la Responsabilité Sociétale, qui apparaît souvent comme une « goutte d’eau » face aux enjeux qui s’imposent à toutes nos organisations.

Mise à part quelques trop rares initiatives, je regrette que nos grandes multinationales n’apportent pas localement plus de support et d’encouragement aux PME nécessaires  parties prenantes de leur chaîne de valeur.

Read Full Post »

Pour 2011, je vous parlerais de Biodiversité sous forme d’une revue mensuelle d’évènements, actions et informations portant sur cette thématique.

Car si la valorisation et la protection de la Biodiversité par les organisations, contribuent à les rendre plus Responsable Sociétalement, il n’en est pas moins difficile de « booster » le sujet par des actions concrètes et de donner à voire sur des engagements volontaires.

Je souhaite par ce billet régulier vous sensibiliser et éveiller de votre intérêt.

Après 2010 année de la biodiversité, l’UNESCO a placé 2011 sous le signe de la chimie !
Dans son message de vœux, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova précise :
En 2011, l’année internationale de la chimie doit servir de tremplin à notre ambition dans le domaine des sciences, qui est grande. La Chimie est omniprésente dans notre vie quotidienne, dans les aliments que nous mangeons, les vêtements que nous portons, l’énergie que nous utilisons. Comme la biodiversité, la chimie fait partie de cet « environnement silencieux », souvent méconnu, que nous devons mieux connaître, pour mieux nous orienter.
Célébrée l’année du centenaire de l’attribution du prix Nobel de chimie à Marie Curie, 2011 offre un cadre idéal pour rendre hommage et promouvoir la contribution des femmes à la science.

La science en général, et la chimie en particulier, sont des instruments de développement. Ce sont aussi des instruments de paix.

Les investisseurs devraient intégrer les risques liés à la biodiversité
La société de recherche Eiris vient de publier une étude sur la biodiversité qui décline cinq recommandations susceptibles d’aider les investisseurs à faire face aux insuffisances des entreprises en matière de biodiversité.
Les activités liées à la biodiversité sont  » largement ignorées par la communauté des affaires » , estime Eiris.

Déforestation au Pérou : 15 fois Paris
Chaque année, le Pérou perd 150 000 hectares de forêts en Amazonie, soit l’équivalent de quinze fois Paris intra-muros.
Et cette tendance à la déforestation et à l’exploitation industrielle de la région amazonienne ne risque pas de faiblir : les terres péruviennes sont de plus en plus convoitées.

Depuis quelques années, la découverte de réserves de pétrole a vivement attiré les compagnies multinationales. Perenco, une compagnie franco-britannique qui s’est installée dans le bassin de Marañón, ne cache pas son intérêt  pour la zone : ses exploitations dans le Nord-Est du pays représentent un potentiel de production de 100 000 barils par jour. Le groupe prévoit d’investir près de 1,4 milliard d’euros sur 4 ans dans ce projet.
Le Pérou constitue un haut lieu pour la biodiversité. Abritant la forêt amazonienne sur plus de 60 % de sa surface, il ne cesse pourtant d’attirer les compagnies minières, pétrolières ou encore forestières. Au grand dam des écologistes qui regrettent que de si nombreuses espèces y soient découvertes, juste avant d’être éradiquées. En effet, en 10 ans, plus de 1 200 nouvelles espèces ont été mentionnées. Mais combien en reste-t-il ?

source

Sommes nous pollués par nos médicaments?
Biotrace est une association créée et gérée par les étudiants du Master 2 « Biotraçabilité, biodétection et biodiversité » de la faculté des sciences de Montpellier. Chaque année elle organise un congrès scientifique.Pour cette 6ème édition, un constat sera donné sur notre comportement vis-à-vis de notre santé, incluant les impacts environnementaux causés par les médicaments.
Il y sera présenté l’impact des résidus de médicaments dans les eaux, leur toxicité sur la biodiversité, et les outils de détection et de traçabilité de ceux-ci à l’état de trace.

En savoir +


L’ONU donne son feu vert pour un Giec de la biodiversité
L’ONU décide le 20 décembre 2010 de la mise en place d’une plate-forme réunissant scientifiques et politiques, qui devra servir d’« interface mondiale entre la science et les décideurs ».

Le GNIS cultive veut parler biodiversité sur Facebook
L’inter profession des semences y publiera régulièrement des articles, reportages, vidéos, afin de faire de faire de cette page « un outil de dialogue et de partage » autour des activités du secteur des semences en matière de biodiversité.

A découvrir

Quel avenir pour le vivant ? d’après le livre Biodiversité de Patrick Blandin
Une « éthique de la biosphère » : c’est ce que promeut l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Car si nous sommes tous d’accord pour conserver la nature, personne ne s’accorde sur les formes qu’elle doit revêtir. Faut-il monétiser la biodiversité pour lui donner de la valeur face à l’économie qui gère le monde ?
Une partie des écologues ont décidé d’adopter le langage des économistes en donnant une valeur monétaire à la nature pour la préserver. « Je comprends cette démarche, mais je crains qu’en nous pliant à leurs conceptualisations, nous entrions dans leur jeu. Or nous sommes bien moins forts qu’eux. Il faudrait inverser la vision : faire en sorte que les économistes pensent en terme de biosphère » Patrick Blandin.

A écouter sur Canal Académie

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »