Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘responsabilité sociétale’

antarctique-les-plateaux-de-glace-fondent-aussi-par-dessous-4526Les plateaux de glace de l’Antarctique perdent plus de glace que prévu par leur surface inférieure, immergée dans l’eau.

Je représente souvent le rapport entre les enjeux du développement durable et les pratiques de responsabilité sociétale par l’image d’un iceberg. Le développement durable en est la partie émergée, celle que l’on voit, sur laquelle l’entreprise communique et engage des actions, mais surtout celle qui fond en premier.

La RSE quand à elle représente la partie immergée en lien avec le capital immatériel de l’entreprise. Celle ci existe et même si elle est peu visible, elle ne demande qu’à être valorisée et développée, ce à quoi s’engage bon nombre d’entreprises qui ont compris que l’important n’est pas seulement ce qui se voit, mais ce qui se vit dans le quotidien de ses activités.

La Responsabilité sociétale serait-elle soluble dans l’eau ?

Des travaux menés par une équipe internationale de scientifiques révèlent que la perte de glace qui affecte les plateaux de glace de l’Antarctique est tout autant causée par les chutes brutales de morceaux de glace que par un mécanisme plus insidieux, et surtout bien moins visible : la fonte de leur surface inférieure, immergée dans l’eau.

En effet, selon ces travaux publiés le 15 septembre 2013 dans la revue Nature, la part de la perte de masse des plateaux de glace proviendrait tout autant de la chute de morceaux de glace que de la fonte de la surface inférieure et immergée des plateaux de glace. Pour certains d’entre eux, notamment ceux dont la désagrégation serait avancée, la fonte affectant la face inférieure et immergée serait même impliquée dans 90 % de la perte totale de masse.

La mise au jour de ce phénomène pourrait notamment aider à mieux modéliser et anticiper les conséquences de la fonte des glaces en Antarctique sur le niveau des océans.

À l’heure actuelle, 2800 km³ de glace quittent chaque année les plateaux glacés de l’Antarctique.

Et combien d’entreprises s’éloignent des enjeux du développement durable en ne prenant pas assez en compte leur propre dimension RSE?

Retrouver l’intégralité de l’article

Journal de la science

Crédit photo :  Georges Nijs

Read Full Post »

Code civilTel qu’il existe actuellement, le droit des sociétés français n’incite pas vraiment les entrepreneurs à voir au-delà de la maximisation des profits. Nicolas Gardères et Mohamed Naït Kaci, avocats, sont membres du think tank Impact!. Parmi leurs idées innovantes : la création d’une nouvelle structure plus responsable, la société de profit partagé.

Notre idée serait de créer une nouvelle catégorie de société : la société de profit partagé (SPP). Beaucoup plus simple que les structures coopératives et clairement orientée RSE, contrairement aux sociétés capitalistes traditionnelles, la SPP répondrait à la demande de ces nouveaux et nombreux entrepreneurs « responsables » désorientés par l’absence de structure adaptée.

La SPP, dont l’objet social ne serait pas limité aux secteurs sociaux et environnementaux, reposerait sur trois grands principes.

  1.  La limitation des écarts de salaires
  2.  La répartition des profits en trois parts égales
  3. Le choix du statut de SPP serait définitif

Nous croyons fermement que la création d’une structure idoine comme la SPP permettra, au-delà de l’utilité sociale générée, non seulement d’améliorer l’efficacité économique des entreprises de l’ESS ou de l’ »économie verte », mais également d’amener de nouveaux entrepreneurs et des entreprises existantes (abandonnant leur statut initial), vers une plus grande vertu économique.

Retrouver l’intégralité de l’article sur Le PLUS

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »