Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Innovation’

Une économie durable ne signifie pas grand chose si nous sommes toujours animés d’un désir de consommation incessante et embourbés dans le malheur et l’aliénation.

La bioéconomieun système économique durable basé sur l’énergie propre et les produits naturels—vise à éliminer notre dépendance à l’égard des ressources fossiles limitées et à permettre une utilisation équitable des ressources biologiques renouvelables et des écosystèmes. La bioéconomie s’appuiera sur l’innovation frugale pour réinventer les systèmes agricoles et industriels, afin que nous puissions produire des aliments, des médicaments et d’autres produits plus sains pour plus de personnes ayant moins d’intrants et d’émissions de gaz à effet de serre.

La bioéconomie a un grand potentiel de croissance. Dans l’Union européenne, la bioéconomie emploie 18 millions de personnes (8,2% de la population active totale) et a généré 2,6 trillions de dollars de chiffre d’affaires en 2015. La bioéconomie indienne devrait passer de 42 milliards de dollars aujourd’hui à 100 milliards de dollars en 2025. Avec une croissance annuelle de 15% depuis 2011, la bioéconomie chinoise devrait valoir 1,5 trillions de dollars en 2022. La France vient d’annoncer un plan d’action 2018-2020pour accélérer la transition à la bioéconomie.

Tout cela semble très prometteur.

Mais avant de transformer nos systèmes agricoles et industriels, nous devons nous transformer en tant qu’êtres humains. Pour préserver la nature, nous devons d’abord changer notre nature intérieure. Si nous construisons la bioéconomie avec le même état d’esprit qui a construit notre système économique existant—caractérisé par une production de masse gourmande en ressources et une consommation de masse individualiste—nous finirons par produire, consommer et faire les mauvaises choses plus vite, mieux, moins cher et plus « durablement ».

Considérez les scénarios suivants :

Pourquoi utiliser une voiture autonome construite avec des biomatériaux et alimentée par du biocarburant et rouler sur des autoroutes solaires pour se rendre au travail plus vite lorsque 87% des employés se sentent désengagés ou travaillent à mort (littéralement, comme le montre le professeur de Stanford Jeffrey Pfeffer dans son nouveau livre effrayant, Dying for a Paycheck) ?

La taille moyenne des maisons américaines a plus que doublé depuis les années 1950, tandis que la taille moyenne des familles a diminué de moitié au cours de la même période. Aller vivre dans une nouvelle maison imprimée en 3D avec des matériaux à base de bois et fonctionnant à l’énergie solaire pourrait être bénéfique pour l’environnement (à condition qu’il n’augmente pas davantage la consommation de ressources par habitant). Mais il ne combattra pas la solitude généralisée et l’isolement social en Amérique, où près de la moitié des adultes se sentent seuls aujourd’hui, un taux qui a plus que doublé depuis les années 1980.

Les maladies chroniques (cancer, maladies cardiaques, diabète) sont maintenant épidémiques dans les pays en voie de développement—représentant 53% des décès—en raison de modes de vie malsains. L’obésité tue maintenant trois fois plus de personnes que la malnutrition. Boire et manger des aliments transformés et des boissons sucrées soigneusement emballés et embouteillés dans du plastique biodégradable ne résoudra pas ce grave problème de santé.

Remplacer les matériaux toxiques—le nylon et le polyester—dans nos vêtements avec des biomatériaux ne nous aidera pas à surmonter notre addiction à la « fast fashion » (mode rapide et bon marché), qui amène les Américains à jeter 14 millions de tonnes de vêtements chaque année, une augmentation de 100% ces deux dernières décennies. De meilleures technologies de recyclage—promises par l’économie circulaire—ne résoudront pas cette dépendance: elles ne feront qu’empirer les choses.

Le professeur John Schramski, écologiste des systèmes à l’Université de Géorgie aux Etats-Unis, considère la Terre comme une batterie chargée une fois et stockant l’énergie chimique accumulée par notre planète pendant plus de 4,5 milliards d’années d’évolution. Avec une grande inquiétude, Schramski note: « Au cours des derniers siècles—le temps d’un clin d’œil dans l’histoire de l’évolution—la consommation énergétique de l’homme pour alimenter la montée de la civilisation et la société industrielle, technologique et informationnelle moderne a déchargé la batterie Terre-Espace. » Avec un tel épuisement rapide, la Terre se déplace irrévocablement à un état où il deviendrait inhospitalier pour l’humanité. Pour la survie de la nature—et notre propre survie en tant qu’espèce humaine—Schramski croit que nous devons changer nos modes de vie et ralentir.

La bioéconomie à elle seule ne peut pas protéger et préserver la nature à moins que nous tous—les producteurs affamés de croissance et les consommateurs voraces—ne maitrisons notre nature intérieure insatiable et sauvage. Nous ne pouvons pas poursuivre une croissance infinie dans une planète finie.

Pour transformer notre nature intérieure, il ne suffit pas de changer notre état d’esprit; nous devons changer notre conscience. Nous devons sortir de notre mode d’existence inconscient et devenir plus conscients de la façon dont nous produisons, consommons, travaillons, et vivons. Alors seulement, nous serons capables de construire collectivement ce que j’appelle une bioéconomie consciente.

Qu’est-ce que je veux dire par conscient? La tradition du yoga indien utilise les sept chakras—centres d’énergie situés dans notre corps subtil—pour décrire nos niveaux de conscience. Ces sept chakras et leurs énergies associées influencent et façonnent notre vision du monde, notre motivation et notre comportement d’une manière particulière.

Dans de nombreuses parties du monde, nous vivons dans des sociétés capitalistes qui favorisent la concurrence et prônent les vertus du consumérisme individualiste, qui est satisfait par une production de masse à forte intensité de ressources et fortement polluante. Dans ce contexte, nous opérons inconsciemment animés principalement par les énergies de nos trois chakras inférieurs—la peur (« je veux survivre »), le désir (« je veux plus ») et le pouvoir (« je veux tout »)—qui représentent la préservation de soi. Poussé par un sentiment perpétuel de rareté et d’insécurité, nous menons des vies insatisfaisantes auto-centrées façonnées par nos désirs plutôt que nos vrais besoins.

Pour devenir conscients, nous devons débloquer nos quatre chakras supérieurs, afin que nous puissions puiser dans les énergies constructives de compassion, d’ingéniosité, de sagesse et d’unité (« je suis un(e) avec tout le monde et la nature ») pour transcender notre instinct de survie et les désirs égoïstes et co-créer avec les autres une bioéconomie inclusive, saine et bienveillante.

Voici comment nous pouvons faire cela :

LA COMPASSION

La bioéconomie devrait catalyser et permettre l’inclusion sociale. Nous devons accélérer le transfert de connaissances et la formation et investir dans des technologies et des modèles économiques disruptifs qui rendent les bioproduits et services hautement accessibles et abordables pour les plus démunis et contribuent à l’autonomisation économique des femmes.

Par exemple, dans les zones rurales de l’Inde, Husk Power Systems a installé des mini-réseaux électriques alimentés par des déchets agricoles locaux, tels que des balles de riz et des rafles de maïs. Chaque mini-réseau dessert 300 clients et offre une énergie propre et ininterrompue même aux villageois les plus pauvres qui peuvent se le procurer avec un micro-paiement avec leur téléphone portable.

La Fondation Rockefeller a lancé Smart Power India pour installer des mini-réseaux comme ceux de Husk dans 1000 villages indiens. Ceux-ci alimenteront les centres de formation professionnelle et les PMEs qui peuvent former et employer des femmes et des jeunes pauvres et libérer l’esprit entrepreneurial dans les villages, ce qui pourrait avoir un impact potentiel sur un million de vies.

L’INGÉNIOSITÉ

La ministre allemande de l’éducation et de la recherche, Anja Karliczek, a déclaré: « La bioéconomie n’est pas un concept facile à vendre. Elle ne va pas se matérialiser toute seule. Elle ne peut pas non plus être décrétée d’en haut. C’est un processus de transition sociétale qui aura besoin de temps. » Mais nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre. Nous devons accélérer la transition vers une bioéconomie en impliquant activement tous les citoyens dans sa co-création.

En plus de financer de grands projets de R & D en biotechnologie, les gouvernements doivent également investir dans des plateformes citoyennes pour soutenir la recherche participative. Ces plateformes permettront aux Makers inventifs d’utiliser leur ingéniosité collective et leurs outils de bricolage pour co-construire une bioéconomie inclusive du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Les collèges et les lycées peuvent transformer leurs élèves en jeunes inventeurs en leur donnant accès à des laboratoires communautaires ouverts comme La Paillasse et à des outils de R & D peu coûteux tels que le microscope à 1 dollar et la centrifugeuse en papier de 20 centimes développés par le Professeur Manu Prakash de Stanford. Les étudiants des pays riches et pauvres pourraient faire équipe pour co-créer des solutions écologiquespour le changement climatique.

LA SAGESSE

Jusqu’à présent, nous avons identifié moins de 15% des 8,7 millions d’espèces sur Terre. Malheureusement, nous n’en apprendrons jamais beaucoup sur les 86% restants, car la moitié d’entre eux pourrait disparaître d’ici 2050. Conversion des écosystèmes naturels (prairies, forêts, zones humides) en terres agricoles, déforestation, surpopulation, développement urbain rapide, et la pollution accélèrent la perte de biodiversité.

La Terre a 4,5 milliards d’années. Les humains modernes sont apparus il y a seulement 200 000 ans. Nous devons apprendre humblement et rapidement de la grande résilience du monde naturel et de sa grande sagesse pour trouver des moyens novateurs qui permettront à 10 milliards de personnes sur Terre de produire, consommer et vivre durablement d’ici 2050.

Dr. Ameenah Gurib-Fakim, scientifique de la biodiversité et ancienne présidente de L’île Maurice, croit que l’incroyable variété d’espèces végétales africaines possède de puissantes propriétés médicinales et détient la clé de l’avenir de l’alimentation pour toute l’humanité. Nous devons chérir, étudier et maintenir cette riche biodiversité car notre survie en dépend.

La bioéconomie pourrait même régénérer la biodiversité: Une équipe dirigée par le professeur George Church, généticien à Harvard, prévoit de créer un hybride mammouth-éléphant asiatique et de l’amener dans l’Arctique afin d’éviter la décongélation de la toundra, qui pourrait aggraver le réchauffement climatique. Ces hybrides pourraient également aider à préserver les éléphants d’Asie très menacés.

L’UNITÉ

Nous ne pouvons plus considérer la nature comme quelque chose « là-bas », qui doit être soit exploitée ou protégée. Nous devons réaliser consciemment que nous sommes la nature et que la nature est nous. Notre perspective et nos actions doivent incarner cette conscience intégrale que la nature et nous sommes essentiellement Un.

En particulier, les sociétés axées sur le profit, qui entretiennent depuis longtemps une relation antagoniste “business vs. nature” (l’entreprise contre la nature) avec l’environnement, doivent apprendre à penser, sentir et agir comme la nature. Les entreprises doivent évoluer vers ce que j’appelle « business as nature » (l’entreprise comme la nature).

Plus précisément, les entreprises doivent désapprendre leurs instincts égoïstes et compétitifs et faire preuve de générosité et de coopération, deux qualités inspirantes que Suzanne Simard, professeure d’écologie forestière à l’Université de la Colombie-Britannique, a découvertes dans la nature. Les entreprises peuvent émuler Interface, le plus grand fabricant de moquette modulaire au monde, qui construit une « usine comme une forêt ». Cette usine offre gratuitement aux communautés locales de nombreux « services écosystémiques »—séquestration du carbone, air pur, eau potable, et recyclage des nutriments—qui étaient fournis auparavant par l’écosystème local que l’usine remplace.

Mahatma Gandhi avait dit: « Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous. » Nos systèmes socio-économiques gourmands épuisent les ressources naturelles et polluent notre atmosphère et nos océans si rapidement que la Terre cessera d’ici la fin du siècle d’être hospitalier pour l’espèce humaine.

Si nous voulons survivre et prospérer, nous avons besoin d’un changement radical de conscience. Nous devons apprendre à apprécier la qualité de vie plutôt que la quantité dans la vie. Nous devons nous aider les uns les autres à améliorer notre bien-être matériel, émotionnel et spirituel et à atteindre notre plein potentiel. Utilisons notre compassion, notre ingéniosité, notre sagesse et notre sens de l’unité avec la nature pour co-créer une bioéconomie consciente.

L’article original ICI

Read Full Post »

Innovation durableComment ces enjeux sont-ils perçus, intégrés et gérés dans les stratégies d’innovation des entreprises ? Comment penser la performance d’une démarche d’innovation durable et quels en sont les facteurs clé de succès ?

C’est à ces questions que l’étude menée par l’Institut de l’Innovation et de la Compétitivité a tentée de répondre dans sa publication de juin dernier.

La mutation de l’environnement économique, écologique et social soulève de nombreuses problématiques stratégiques comme l’accès aux matières premières dans la durée, les enjeux liés à la transition énergétique, le vieillissement de la population ou la paupérisation.

« Autant de sujets qui peuvent rendre caduques les stratégies d’aujourd’hui mais qui offrent également des espaces d’innovation, des opportunités de renouvellement de l’offre, des méthodes de travail et des mécanismes de gouvernance de l’entreprise », soulignent les auteurs.

Quelle définition de l’innovation durable ?

Pour les auteurs, l’innovation durable désigne l’ensemble des démarches d’innovation menées par l’entreprise pour intégrer les enjeux environnementaux et sociaux dans son activité, pas seulement techniques mais aussi celles qui prennent en compte une dimension sociale et économiques.

L’étude permet de dégager 7 idées clés

  1. Intégrer le développement durable dans les stratégies d’innovation.
  2. Aborder l’innovation durable comme une démarche incrémentale avant de générer de nouveaux business models.
  3. Organiser l’innovation durable par une remise à plat des stratégies et des choix d’organisation.
  4. Recourir à de nouvelles compétences et à de nouveaux critères d’évaluation.
  5. Favoriser l’innovation durable au sein de l’entreprise,
  6. Apprendre de ses échecs pour mieux réussir à travers une démarche itérative.
  7. Changer d’échelle et faire émerger des écosystèmes d’innovation durable.

Les paradoxes de l’innovation durable

Si elle est considérée comme une priorité stratégique, l’innovation durable apparaît aussi particulièrement complexe à mettre en œuvre de façon opérationnelle, comme par exemple : difficulté à construire des projets créateurs de valeur économique, sociale et environnementale, horizons de temps difficilement compatibles avec ceux des marchés financiers….

Une autre difficulté majeure concerne le portage organisationnel de l’innovation durable car non seulement celle-ci se situe à l’interface de directions différentes (direction innovation et direction DD) mais il est encore extrêmement difficile de piloter des projets transversaux, de décloisonner les frontières, voire de repenser sa position au sein de son écosystème…

Les auteurs de l’étude conseillent aux entreprises de renforcer les capacités prospectives et de management de l’innovation des acteurs en charge du développement durable, de dépasser une approche fragmentée de l’innovation durable tout en identifiant des « utopies mobilisatrices » et d’accepter et assumer la dimension « politique » de l’innovation durable.

Quelle gouvernance sociétale pour l’innovation durable ?

L’innovation durable n’est pas qu’une affaire privée mettant en jeu des entrepreneurs, marchés et entreprises, elle concerne très souvent le bien public. Ceci ouvre dès lors la question fondamentale de la gouvernance sociétale de l’innovation.

A cet égard, même si plusieurs démarches permettent de résoudre l’équation :

Innovation + Développement durable = Nouveaux business models, beaucoup reste à faire pour « oser la rupture ».

Retrouver l’intégralité de l’article

Capteur d'avenirSource Photo

Read Full Post »

Older Posts »